Irstea

PASI : Portail d'Accueil des Scientifiques d'Irstea

N° 3123 - Contribution à l’étude de la plasticité des traits liés au feu chez des espèces à germination obligatoire dans les zones soumises à différents régimes de feu.

Centre : Aix -  Unité de recherche : RECOVER  -  Thème de recherche : SEDYVIN
Responsable Irstea : Ganteaume Anne
Domaine d'activité : Fonctionnement et Dynamique des écosystèmes
Disciplines : Ecologie générale, Sciences de la vie et de l'environnement
Fichier descriptif


Résumé :
Depuis très longtemps dans les écosystèmes méditerranéens, les espèces se sont adaptés au feu, et plus exactement à un régime de feu, en développant des stratégies qui leur ont permis de résister au feu (pour des régimes de feux de surface de faible à moyenne intensité) ou de brûler aisément (pour des régimes de feux de cime de forte intensité) et d’ainsi déclencher leur reproduction. En fonction de ces stratégies, les espèces ont développé différents traits liés au feu (traits fonctionnels, structuraux ou chimiques) pour être soit résistantes au feu (fire-resister species) en supportant le passage du feu ou au contraire être résilientes (fire-evader species) en augmentant leur inflammabilité et en transmettant ainsi leur patrimoine génétique aux générations post-feu. La plupart des travaux réalisés sur le sujet se concentraient sur les différences d’inflammabilité entre espèces présentant différentes stratégies de régénération (par rejet ou par germination obligatoire) dans les écosystèmes soumis aux incendies, ou testaient la variabilité intra-spécifique des traits liés au feu en fonction de la récurrence des feux. Cependant, ces derniers ne prenaient cependant pas en compte différents localités biogéographiques ni différentes stratégies adaptatives au feu. Dans le cadre de ce travail, les principaux objectifs seront d’identifier s’il existe une variation intra-spécifique des traits liés au feu et de l’inflammabilité (et jusque dans quelle mesure) chez des populations d’espèces à germination obligatoire, en fonction du régime de feu et dans différentes aires biogéographiques. Des données de génétique moléculaire décrivant la diversité génétique entre les populations et au sein des populations seront utilisées et corrélées aux données obtenues sur les traits pour mettre en évidence une éventuelle microévolution des populations en fonction du régime de feu. Des espèces présentant différentes stratégies adaptatives au feu seront testées de façon à savoir si cette tendance est la même pour les deux types de stratégies. Ce travail contribuera à prédire les réponses des écosystèmes au changement global amorcé, notamment dans les zones actuellement peu soumise au risque incendie.