Irstea

PASI : Portail d'Accueil des Scientifiques d'Irstea

N° 3133 - Invasions biologiques végétales : modéliser les stratégies d'intervention précoce et de contrôle sur le long-terme et évaluer leur efficacité en fonction du niveau de prolifération

Centres : Grenoble, Clermont -  Unités de recherche : LISC, EMGR  -  Thèmes de recherche : SEDYVIN, MOTIVE
Responsables Irstea : Martin Sophie et Dommanget Fanny
Domaine d'activité : Modélisation des dynamiques écologiques et sociales complexes
Disciplines : Ecologie générale, Mathématiques appliquées, modélisation, Statistiques, probabilités
Fichier descriptif


Résumé :
La thèse à défendre est que modéliser le phénomène des invasions biologiques végétales conjointement dans le formalisme des inclusions différentielles et dans celui des processus probabilistes peut permettre d'évaluer les capacités de gestion du phénomène d'invasion dans son ensemble. En effet, des modèles probabilistes d'invasion peuvent être utilisés lorsque le nombre d'individus d'une espèce est faible (ce qui est nécessairement le cas au début du processus d'invasion) et les dynamiques gouvernées par des inclusions différentielles lorsque l'approximation champ moyen est valide (l'ensemble des individus de l'espèce invasive est du même ordre de grandeur que celui de l'espèce native). Dans le cadre d'une invasion biologique végétale, par exemple les invasions de renouées asiatiques, la question posée est de déterminer quelles sont les stratégies efficaces, intervention précoce ou contrôle sur le long terme, en fonction du stade de prolifération, et les seuils de prolifération qui font passer d'un stade à l'autre. D'un point de vue méthodologie, l'originalité de ce travail de thèse réside dans le fait de poser des problèmes de gestion viable dans le cadre de dynamiques hybrides, pas uniquement des inclusions différentielles mais également des processus aléatoires.