Irstea

PASI : Portail d'Accueil des Scientifiques d'Irstea

N° 3202 - Interactions entre régimes climatiques et hydromorphologie : mieux prévoir les effets des changements globaux sur les communautés de macroinvertébrés

Centre : Lyon -  Unité de recherche : MALY  -  Thème de recherche : QUASARE
Responsables Irstea : Piffady Jérémy et Souchon Yves
Domaine d'activité : Connaissance et caractérisation des réponses des communautés écologiques aux pressions anthropiques (pollutions, habitat)
Discipline : Ecologie aquatique, hydroécologie
Fichier descriptif


Résumé :
L’échelle des communautés écologiques est porteuse de signaux intégrateurs fins des pressions naturelles et anthropiques du milieu. Comprendre comment elles se structurent et évoluent est devenu un enjeu important dans le cadre de la restauration d’un bon fonctionnement écologique des cours d’eau. La problématique du changement global ajoute un niveau supplémentaire d’incertitude dans la gestion des écosystèmes aquatiques. Il est donc impératif d’approfondir les connaissances de ses conséquences possibles sur le fonctionnement écologique des cours d’eau. L’objectif de la thèse sera donc de développer de nouvelles méthodes permettant : • De développer des métriques décrivant la résilience des communautés. La résilience des communautés est au cœur de nombreuses recherches actuellement. Cette partie du travail doctoral devra être construite au regard des derniers développements scientifiques locaux, nationaux et internationaux. La résilience pourra être appréhendée au travers de métriques de diversité taxonomique ou fonctionnelle, mais le développement devra surtout tenir compte de la dimension temporelle de l’organisation des structures biologiques (évolutions tendancielles, ruptures, stabilité). • D’évaluer le rôle de l’hydromorphologie dans les réponses des communautés d’invertébrés aux signaux climatiques. Par son rôle structurant du fonctionnement des cours d’eau, l’hydromorphologie est susceptible de constituer un facteur stabilisateur ou perturbateur (selon qu’elle est sauvegardée ou altérée) des communautés. Il s’agira donc de développer un modèle hiérarchique visant à estimer l’impact de l’hydromorphologie et de ses altérations sur les propriétés de résilience des communautés de macroinvertébrés, en lien avec les régimes thermiques et hydrologiques. • D’estimer l’évolution future des altérations de l’hydromorphologie Le paysage actuel des altérations de l’hydromorphologie est assez bien décrit en lien avec l’occupation du sol des bassins versant et les pressions locales. Mais les usages du milieu par l’homme sont également appelés à évoluer. Ces modifications risquent-elles de dégrader davantage l’état hydromorphologique, avec quelles conséquences possibles sur l’état écologique ? Il s’agira, à l’aide d’approches statistiques et d’informations géographiques, de traduire les scénarios tendanciels d’évolution des usages en évolution du paysage d’altérations de l’hydromorphologie.